Parcours

Des mots à la musique

À 15 ans, Estelle commence à jouer ses chansons sur les scènes des cafés-concerts. Elle enregistre à Paris un premier EP, grâce au soutien de Pierre Bluteau et Dominique Dimey, musiciens engagés dont l’action l’inspire encore aujourd’hui.

Plus tard, elle se lie d’amitié avec Junior Tshaka. Il l’invite à deux reprises à jouer à ses côtés, en Suisse, notamment en première partie de Lee Perry et des Skatalites (Festi’Val de Roots – 2005).

À l’université, ses études d’ethnomusicologie l’encouragent à chercher un sens et une direction à sa musique. Elle part au Cambodge, à la rencontre des bardes Chrieng Chapey, et découvre l’art de la poésie chantée. 

Elle retrouve dans les cafés-slam parisiens cette joie des mots partagés. En 2009, le texte de Brigitte termine finaliste du grand slam de Paname.

De la musique au monde

Puis elle crée Azali, autour de ses chansons couleur reggae. Le groupe se produit pour la première fois à l’OPA, à Paris, en décembre 2010.

Pendant deux ans, une vingtaine de musiciens de tous les horizons se relaient pour l’accompagner sur les concerts qui s’enchainent. Ils iront jusqu’en Inde : en 2011, à Gangtok, au Pub Live and Loud, puis en 2012, aux côtés de Satyananda Das, lors d’une Sadhu Mela au Darjeeling. 

En parallèle, de nouvelles activités se déploient avec les projets de création collective des Ateliers Tartistiques.

Elle s’engage également auprès de projets artistiques partenaires, comme le groupe Natural-I et le label de reggae Natural Prod. Elle participe avec eux à la création et à l’organisation d’évènements dédiés à la musique et au vivre-ensemble, notamment le Krenchtown Festival.

Du monde à Lallä

En 2013, l’aventure Azali prend fin avec la fondation d’un écovillage artistique dans l’Aude (EVA).

Au coeur de la forêt, la musique continue, plus solitaire. C’est un temps de retraite et de distillation. Un répertoire de ballades intimistes émerge et résonne dans les cafés de l’Aude et de l’Hérault.

En 2018, le Studio Stone Boat lui propose l’enregistrement d’un album. Parmi les centaines de chansons composées, dix thèmes sont choisis pour former le recueil « L’eau de Lallä »

La sortie de l’album s’accompagne d’un nouveau spectacle, en duo ou en quintette, présentant le répertoire perfectionné toutes ces années, et les nouvelles chansons jaillies du coeur des Cévennes, où elle vit aujourd’hui. Sur scène, elle est accompagnée par le pinceau de l’artiste peintre Lüfüfü, qui peint en live ses chansons, selon l’inspiration du public.